• Square Gustave Kahn (7 mai 2011)

    Cimetière juif

    Shoah à Metz

    Caméras de surveillance

    Méchant Cavaignac, gentil Lévy

    Square Gustave Kahn (7 mai 2011)

    Gustave Kahn est connu du milieu littéraire pour avoir été l’initiateur du vers libre. Écrivain symboliste, animateur dans de petites revues, critique d’art, Kahn est aussi un intellectuel engagé qui n’hésita pas à prendre part aux idées anarchistes, socialistes, féministes, et sionistes.

    Pour les écrivains symbolistes, le monde qui nous environne n’est que le reflet d’un univers spirituel. Les écrivains symbolistes rêvent d’atteindre un monde impalpable, inaccessible, intérieur caché derrière le monde visible des choses et des êtres. Les symbolistes recourent au symbole, à la métaphore, à l’allusion. Au lieu de nommer un objet, ils le suggèrent.

    Chantonne lentement et très bas...mon coeur pleure...

    Tristement, doucement, plaque l'accord mineur ;

    Il fait froid, il pâlit quelque chose dans l'heure...

    Un vague très blafard étreint l'âpre sonneur.

    Square Gustave Kahn (7 mai 2011)

    Le square Gustave Kahn est en réalité le parvis de la synagogue.

    Ce parvis était une rue m'a expliqué le jeune gardien qui est sorti par une porte métallique quelques instants après la photo.

    Il m'a demandé ce que je faisais là, si j'étais un touriste. Je n'étais pas vraiment le bienvenu avec mon appareil photo.

    Square Gustave Kahn (7 mai 2011)

    Arcade décorée, colonnes et chapiteaux de la synagogue :

    Square Gustave Kahn (7 mai 2011)

    "En septembre 1935, Elie Bloch est nommé à Metz, rabbin adjoint chargé de la jeunesse auprès du grand rabbin Nathan Netter. Elie Bloch devient le lien entre deux communautés qui se côtoient sans se fréquenter, les "yékés", Juifs messins assez francisés, voir même assimilés, et les "polacks", nouveaux arrivés d’Europe de l’Est qui affichent avec force leur judaïsme. Le jeune rabbin pratique des méthodes pédagogiques nouvelles favorisant la réflexion plutôt que le bourrage de crâne. Il séduit de la sorte les jeunes des deux communautés qu’il rassemble en majeure partie au sein des Eclaireurs Israélites. Il anime chaque samedi après-midi un oneg shabath, et organise le jeudi des sorties au cours desquelles les jeunes visitent les réalisations sociales des municipalités ouvrières. Cette volonté de faire du judaïsme une religion ouverte sur le monde plaît à tous les jeunes Juifs de Metz.

    A partir du 3 septembre 1939, les habitants de la Moselle rejoignent les départements de la Vienne, de la Charente et de la Charente-Maritime. Environ 200 000 Lorrains sont transférés de la sorte, parmi lesquels près de 4 000 Juifs. Nommé aumônier des Juifs évacués, Elie Bloch les accompagne."

    Square Gustave Kahn (7 mai 2011)

    Caméras partout, on n'est pas invité à entrer, ce n'est pas une église :

    Square Gustave Kahn (7 mai 2011)

    Palissade et caméras de surveillance :

    Square Gustave Kahn (7 mai 2011)

    Je croise quelques messieurs en noir à chapeau et longue barbe qui se rendent à la synagogue, accompagnés d'enfants.

    De l'extérieur, on entend chanter.

     

    2 Commentaires

    Commentaire écrit le samedi 7 mai 2011 à 10:02:39 (lien) Philippe Merci Julie !

    Commentaire écrit le samedi 7 mai 2011 à 07:33:14 (lien) Julie Bonjour Philippe, Votre blog est vraiment très intéressant : permettez-moi de vous féliciter pour son contenu qui, c'est tout à votre honneur, nous restitue par délégation ce que le promeneur attentif perçoit ! Encore BRAVO pour votre démarche citoyenne de partage de notre vécu Messin. Longue vie au blog "La Vie à Metz" !

    « Parking Paixhans (7 mai 2011)Passages (7 mai 2011) »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :